La place du digital dans le quotidien des IDEL


Application infirmière libérale

Ça n'aura échappé à personne, en cette période de pandémie, les soignants croulent sous le travail et manquent considérablement de temps.

Au cœur du système de santé, les infirmiers libéraux, en plus de vacciner, tester et surveiller les patients Covid, doivent assurer la continuité des soins pour les personnes les plus fragiles et dépendantes de notre société.

6 heures par semaine : c'est la durée consacrée par les IDEL à l'administratif

Seulement, soigner ne représente pas la seule facette de leur travail : Les infirmiers libéraux passent en moyenne plus de 6h par semaine à effectuer du travail administratif. C'est près de 15% de leur temps consacrer à la préparation de tournée, la facturation, les transmissions, le renouvellement des ordonnances… et j’en passe.


Ces tâches, simples mais chronophages, pourraient être facilement automatisées au vu des progrès technologiques de ces dernières années. Pourtant, il semble que les traditionnels agendas et dossiers de soins papier soient toujours en tête des usages chez les infirmiers libéraux. Se pose alors la question de la place du digital chez les IDEL ?




Le papier est encore d’actualité chez les libéraux



La consommation de papier des IDEL pourrait faire pâlir une petite imprimerie locale. C’est leur principal outil, qu’ils utilisent depuis toujours.

Nombreux sont ceux qui le trouvent réconfortant, et ne le quitteraient pour rien au monde !

Avec le papier, les infirmiers préparent leurs tournées, pointent leurs passages, remplissent les dossiers de soins, font leurs transmissions, sans oublier les fichiers de croix et les tableaux de facturation..!


"On peut tout faire avec le papier, donc pourquoi s’en séparer ?"

Il faut quand même se l’avouer, bien que réconfortant, le papier montre ses limites : il faut sans cesse renouveler les plannings, bien stocker les passages effectués pour garder toute traçabilité pour la facturation et en cas de contrôle de la sécurité sociale. Sans parler du poids des classeurs d’ordonnances qu’il faut trimballer à longueur de journée.



Dossier de soins infirmier

Mais les limites du papier ne s’arrêtent pas là : les transmissions et dossiers de soins naviguent mal d’un infirmier à l’autre, certains peuvent passer de longues heures au téléphone au moment de la relève, d’autres s’appellent très régulièrement car de petites informations essentielles pour soigner le patient ne sont pas renseignées dans le traditionnel cahier de suivi.



Et ce n'est pas fini ! Une fois la tournée terminée, les infirmiers libéraux doivent encore retranscrire plannings, ordonnances et cotations dans leur logiciel de facturation, rallongeant encore plus des journées déjà bien remplies ou réduisant un temps de repos pourtant bien mérité. Effectivement, pour se faire payer leurs soins, les infirmiers libéraux doivent passer par un logiciel de facturation. Vous avez bien lu : Logiciel. Il existerait donc des solutions digitales pour aider les IDEL ? Voyons ça ensemble.



Une lente progression du digital dans la pratique libérale



Les logiciels de facturation sont utilisés par les IDEL depuis la fin des années 90. Comme leur nom l’indique, ils proposent des outils qui permettent aux IDEL de facturer leurs soins en vue d'être payés par l’Assurance Maladie et les complémentaires de santé. On parle alors de télétransmission.


Bien qu’ayant une expertise certaine de la nomenclature des soins infirmiers, ils ne répondent pas aux besoins organisationnels des IDEL : ils ne gèrent pas la tournée quotidienne, les transmissions, dossiers de soins, etc… Ce sont bel et bien des logiciels de facturation, et seulement de facturation.


on a toujours le problème du " encore une app de plus "

Alors certes, certains éditeurs ont essayé, et essayent encore, de combler ce manque que perçoivent leurs utilisateurs. Mais il y a un problème de taille pour eux : pour accompagner les infirmiers dans leur quotidien, il faut un outil mobile. Or, tous ces logiciels ont été conçus pour des PC fixes ou tablettes encombrantes.


Pour ces éditeurs, passer au mobile nécessite plus que de nombreux développements. Passer au mobile, c’est se confronter à une toute autre technologie et culture et faire le choix de l’ergonomie. D’autres acteurs du numérique ont tout de même essayé de résoudre le problème qu’ont les soignants à communiquer entre eux, certains proposent des solutions de planning, d’autres permettent d’échanger des documents plus facilement. Au final, on se retrouve toujours avec le problème du " encore une app de plus ".


La solution est donc toute trouvée : il faut un outil “tout-en-un”, un outil qui répond à l’ensemble des besoins des IDEL. Un outil ambitieux.



Des solutions innovantes qui répondent aux besoins du quotidien


Imaginons que depuis leur smartphone, les infirmiers puissent classer leurs patients, planifier leurs tournées, pointer leurs passages, enregistrer leurs ordonnances, remplir leurs dossiers de soins, faire leurs transmissions, facturer leurs soins.

Application gratuite pour infirmier

C’est l’ambition qui se cache derrière Ozzen. Cette jeune pousse a déjà fait ses preuves en intégrant Station F, le plus grand incubateur de startup au monde, créé par Xavier Niel.


Elle propose aux infirmiers libéraux une application gratuite, téléchargeable sur iOS et Android. Les infirmiers peuvent alors organiser leur patients, créer leur tournées, faire leur transmissions. Le tout au fil de la journée, depuis leur téléphone, en synchronisation instantanée avec leur collègues, et de façon sécurisée.



Avoir tout son cabinet dans sa poche, c’est maintenant possible. La mobilité est un des plus grands atouts de cet outil. Il permet d’avoir accès ou de renseigner une information au dossier d’un patient, directement depuis son smartphone dès la fin du soin.

Comme quoi, le digital, c’est pas si mal au fond. Avoir un outil tout en un, c’est l’assurance de ne rien oublier. C’est la certitude que l’information est partagée à tout le cabinet. C’est le confort de ne pas faire les mêmes manipulations en double, voire en triple. C’est le moyen de soulager sa charge mentale. C’est la seule alternative pour éradiquer l’utilisation imparfaite du papier.


80% des soignants ne peuvent plus se passer d'outils digitaux après en avoir essayé


Globalement, les soignants sont de plus en plus enthousiastes face au digital et la crise sanitaire y joue un rôle important. Nombreux sont ceux qui osent franchir le pas, la plupart pour leur plus grand bonheur.


Ainsi, c’est près de 80% de soignants ayant testés des outils digitaux qui reconnaissent ne plus pouvoir s’en passer au quotidien, selon le baromètre réalisé par Egora. Le digital a sa place dans le quotidien des libéraux et pas des moindres.


Si les débuts de la digitalisation en santé n’étaient pas fructueux, l'offre se structure peu à peu, apportant une réponse au problème de la charge administrative. Sa mobilité ainsi que sa capacité d’automatisation en tournée, sont ses grands atouts face au papier. Désormais une question se pose pour vous : quand franchirez vous le pas du digital?




56 vues0 commentaire